Réunion d’analyse et d’échanges sur le premier bilan du Projet OMNIA soutenu par l’assistance technique SOFRECO, et réflexions dans le cadre des perspectives.

Dans le cadre de la stratégie du Gouvernement de la RIM pour lutter contre le terrorisme et toute forme de criminalité dans laquelle s’insère le Projet OMNIA et suite à la fin du contrat d’assistance technique SOFRECO au projet OMNIA le 17 juin 2021, bien que le projet continue à être mis en œuvre – la date de fin d’exécution étant fixée au 15 juin 2022 –  il était pertinent de présenter un premier bilan de l’appui de l’assistance technique ainsi que d’organiser des échanges et réflexions sur les perspectives pour développer éventuellement un projet OMNIA 2 qui serait soutenu par le même paradigme, la sécurité renforce le développement et inversement, et la sécurité par et pour le développement, le développement pour la sécurité.

Le chef de mission invita toutes les parties prenantes du Projet à la réunion de synthèse des activités de l’assistance technique, le jeudi 10 juin 2021, dans la salle de réunion du Projet.

Outre un premier bilan relativement exhaustif exposé, les sujets suivants ont été proposés à la réflexion des participants :

  • Le paradigme « sécurité-développement », quelle évolution lui donner dans la mise en œuvre des projets dans le contexte mauritanien et sahélien ? 
    • Le concept « inter forces », inscrit au sein de la formation des formateurs des officiers au sein de l’AMPS, que peut-on en retenir de cette première expérience ?
    • Le Groupement nomade, son insertion dans le dispositif anti-terroriste dans les régions sensibles, quels appuis pertinents lui donner dans le cadre de ses missions civiles et militaires ?
    • Quels grands axes retenir en matière de renforcement des capacités des Forces de sécurité pour un projet futur ?
    • Quelles modalités de mise en œuvre dans le futur ? Une implication plus importante des forces de sécurité dans la gouvernance du projet ?
    • Et suggestions de participants.

Cette réunion de synthèse et de réflexion a vu la participation de représentants du Maître d’ouvrage, l’Ordonnateur national du FED, Ministère des Affaires économiques et de la promotion des investissements productifs, de la Délégation de l’Union européenne, du point focal de l’EMGA, du point focal de l’EM de la Garde nationale, du CG, DG de l’Académie Mauritanienne de la Paix et de la Sécurité, du B4 (Infrastructures) de la Garde nationale, du Directeur de projet de Sofreco (AT), le chef de mission de CIVIPOL organisant l’appui à la mise en œuvre des formations de formateurs au sein de l’AMPS.

Le débat fut fructueux et les échanges très constructifs à la fois sur les thèmes du renforcement de la sécurité et du développement (santé, eau, éducation, activités économiques) dans les Zones à régime spécial.

En conclusion, vu que la fin du projet se déroulera sans assistance technique, cela nécessitera une organisation et suivi conjugués rigoureux de la part de la Cellule d’appui à l’Ordonnateur national, de la Délégation de l’UE et des maîtres d’œuvre avec les contractants.

Le chef de mission estime que l’ensemble des contrats seront finalisés avant la date de fin d’exécution de la Convention de financement, soit le 15 juin 2022, ce qui est une réussite.

Au niveau des perspectives, la programmation de l’intervention future (potentielle mais non assurée) de l’UE étant en cours, il est prévu que l’instruction de projets puisse débuter en 2022 dans le cadre du nouvel instrument financier, le NDICI.

Le renforcement de la présence de l’Etat dans la ZRS pourrait être un fil rouge conducteur des discussions à travers lesquelles la bonne écoute des besoins nationaux à travers tous les partenaires à la fois au niveau national, décentralisé et déconcentré, sera essentielle pendant la phase d’identification d’un éventuel nouveau projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *